Musée de l'Hospice Comtesse Lille Jeanclos 28 mai - 31 août 1999

Très bon état

45,00 €

Disponible

Ajouter au panier

Descriptif

Georges Jeanclos (1933-1997)

Magny, Françoise (dir.)

Musée de l'Hospice Comtesse, Lille, 1999.

In-4, broché sous couverture rempliée et illustrée en couleurs, 158 pp.
Nombreuses illustrations et planches à pleine page en noir et en couleurs.
Préface, par Martine Aubry - "Tu ne feras pas d'images taillées..." - Deutéronome 5, 8, par Marie-José Mondzain - Le Veilleur, par Alain Bonfand - Parcours dans l'oeuvre de Georges Jeanclos 1977-1997. Oeuvres exposées, par F. Magny - Georges Jeanclos - Rencontre, par F. Magny - Bibliographie, par F. Magny - Oeuvres conservées dans les collections publiques.

Ce catalogue a été édité à l'occasion de l'exposition présentée au musée de l'Hospice Comtesse, à Lille, du 28 mai au 31 août 1999.
Georges Jeanclos découvre le travail de la terre à quatorze ans dans l'atelier du sculpteur belge Mermet. Deux ans plus tard, il est admis à l'école nationale supérieure des Beaux-Arts à Paris, où il doit abandonner son matériau de prédilection au profit du plâtre. Premier Prix de Rome en 1959, le sculpteur effectue un séjour de quatre années à la villa Médicis à Rome alors dirigée par le peintre Balthus. La naissance du premier Dormeur coïncide avec le retour au travail de la terre, à l'automne 1968. "Il découvre à cet instant le mode d'expression qui signe son oeuvre." (F. Magny)
L'invention de Jeanclos consiste à mélanger plusieurs techniques : le modelage, l'estampage et l'étirage de la terre. "G. Jeanclos ne monte pas ses figures à partir d'une armature. Il les construit sur le vide [...]."
En 1983, Jacques Moulin, architecte en chef des monuments historiques, propose à l'artiste de compléter le portail royal de l'église Saint-Ayoul de Provins qui date du XIIe siècle. Commandé en 1985, le nouveau portail est inauguré en 1990 et marque un moment charnière dans son oeuvre. En 1994, les travaux de Notre-Dame de la Treille reprennent sous l'impulsion de Monseigneur Vilnet. Associé à l'ingénieur Peter Rice, l'architecte Pierre Louis Carlier clôt la nef d'une façade contemporaine. La rosace est confiée au peintre Ladislas Kijno et le portail en bronze à Georges Jeanclos.
Cette porte est conçue comme une grille à deux vantaux. "Les montants sont des ceps de vigne en espalier organisés géométriquement, libérant des fenêtres carrées garnies de vitres. Aux croisillons, des groupes évoquent des scènes bibliques [...]. Au trumeau, un arbre de vie porte la Vierge."

Les avis sur le produit Musée de l'Hospice Comtesse Lille

Vendez vos livres

En savoir plus
Accepter