Gravelines

La commune de Gravelines a su préserver la qualité de ses sites et nombreux bâtiments historiques les a transformés en lieux de flânerie. Le château arsenal construit par les Espagnols demeure , élément principal des fortifications remaniées par Vauban ; il abrite, au milieu de jardins à la française, un ensemble de casemates souterraines, le four à pain et la poudrière. C'est là, dans la poudrière, qu'est installé le musée du Dessin e de l'Estampe originale. Unique musée du genre en France, il présence une importante collection d'arts graphiques des XIXème et XXème siècles, ainsi que le plan-relief de la ville. A Gravelines, vous pourrez également découvrir le beffroi (1827), l'Hôtel de Ville de style néoclassique, l'Église  Saint Willibrord (avec sa façade du XVIème siècle; la citerne (1724-1725) et la caserne de Varennes (1737)... 
Le passé maritime de la ville se découvre à la Maison de la Mer et à la Maison du Sauvetage de Grand-Fort-Philippe (ancien hameau de Gravelines).

Le port de Gravelines naît au 12ème siècle, d'un petit hameau de pêcheurs qui est choisi par le Comte de Flandre Thierry d'Alsace. Ce bourg, d'abord appelé Nieuw-Port (Ville neuve), est  entouré de remparts de terre et de pieux, et de l'aménagement de l'estuaire de l'Aa naît le port de Gravelines. La ville prospère rapidement : avant-port de St-Omer, sel, fruits et vins du sud-ouest y débarquent tous les jours et la pêche, notamment du hareng, y est activement pratiquée. Ce ne fut cependant pas sans péripéties… Guerres, dévastations, pillages. Tour à tour, les ducs de Bourgogne et les rois d’Espagne furent chez eux à Gravelines. En 1608, les Clarisses anglaises, religieuses catholiques persécutées dans leur pays, arrivent à Gravelines et s'installent dans la rue qui porte maintenant leur nom. Elles y bâtiront couvent et chapelle. 
En 1654, la ville a subi de considérables dégradations provenant de l'explosion de la poudrière de l'Arsenal. Cette dernière sera reconstruite en 1752.
Ce n’est qu’en novembre 1659, à l’occasion du traité des Pyrénées que Gravelines est rattachée à la France. Nous sommes sous le règne de Louis XIV et un homme va prendre le destin de Gravelines en main : Vauban. Il va continuer et amplifier les ouvrages de défense esquissés par les Espagnols. Vauban est chargé en 1680, après la visite de Louis XIV à Gravelines, de tracer un nouveau plan de la ville. Ce dernier améliorera donc sa défense, notamment en dotant ses remparts de demi-lunes, de contrescarpes et de glacis et en installant une écluse sur l'Aa.
En 1738, Louis XV reprend le projet de chenal de Philippe IV et achève la construction du fort, traversé en son milieu par le chenal. 
C'est le creusement du chenal fin 18ème siècle qui fait que quelques marins et commerçants "huttois" viennent s'installer sur la rive ouest de celui-ci. Grand-Fort-Philippe est né.
D'autres iront émigrer à partir de 1816 à l'embouchure est de ce même chenal pour y fonder Petit-Fort-Philippe . En 1902, la place forte de Gravelines est déclassée et devient la propriété de l'Etat, mais pour des raisons économiques, les remparts ne seront heureusement pas détruits.
Ce qui va permettre en mai 1940 à la ville de résister courageusement aux Allemands pendant une semaine alors que les alliés sont en train d'évacuer Dunkerque. Gravelines recevra à cette occasion la Croix de Guerre en 1950.  
Aujourd'hui le port de Gravelines n'est plus un grand port de commerce. Les bateaux de plaisance ont remplacé définitivement les goélettes et seuls continuent de naviguer quelques bateaux de pêches.

Affichage

Vendez vos livres

En savoir plus
Accepter